Découvrir La Roche
Découvrir La Roche > Patrimoine

Patrimoine

La cité vous ouvre ses portes : découvrez ses monuments historiques...

JPEG - 24.8 ko

Qui se douterait qu’un rocher encastré dans un maison soit le vestige de celui qui se trouvait dans le lit du Rhône ? Au XIIème siècle, ce rocher, qui allait jusqu’à l’emplacement de la mairie actuelle, était surmonté d’un donjon. Un droit de péage pour naviguer sur le fleuve avait été institué par les empereurs d’Allemagne et accordé aux seigneurs de la Roche de Glun.

L’histoire fait référence au Baron de Clérieux qui, en 1248 osa demander au Roi de France, Saint Louis, le paiement du passage. Irrité, Louis IX ordonna l’assaut du donjon. Après plusieurs semaines, Roger de Clérieux dut capituler. Une partie du château fut détruite et le seigneur fut emprisonné. Mais sur l’intervention du Dauphin, Roger de Clérieux fut rapidement libéré. Il fit reconstruire sa place forte et continua à "taxer" les pèlerins. Le péage subsista jusqu’à la Révolution. Le rocher fut arasé afin de faciliter la navigation sur le Rhône en 1857.

JPEG - 25.9 ko

La porte du Roussillon sur l’ancien rempart permet l’accès au village. En 1342, La Roche de Glun obtient la charte des libertés par Humbert (dernier Dauphin du Viennois) et s’entoure de remparts. Deux portes permettaient l’accès au village : la Porte Saint Georges et la Porte du Roussillon. Aujourd’hui, seule cette dernière, restaurée en 1972 et classée monument historique peut témoigner de cette époque.
L’origine de son nom : c’est un prisonnier du Comte de Valentinois, Silvion de Clérieux (fils de Roger) qui confia en 1265 la garde de son château fort à son parent Guillaume de Roussillon.

JPEG - 22.3 ko

Il est difficile de définir exactement la période exacte de la construction de la Tour de Diane de Poitiers. Certains historiens situeraient celle-ci aux alentours de 1342 avec les remparts et parlent de Tour de Guet. Ce bâtiment à l’architecture remarquable avec son escalier hélicoïdal est un lieu propice à la culture : la Bibliothèque municipale est installée sur deux étages.
La salle du rez-de-chaussée appelée "Salle des Gardes" possède une cheminée monumentale ornée de fines sculptures et un plafond en croisillons formant carrés et clous en fer forgé. C’est un lieu idéal pour les expositions.
Agrémentée au XVIème siècle, elle doit son nom à la Déesse de la Renaissance originaire de la région, Diane de Poitiers : probablement, le souvenir d’une visite ou d’un passage. Monument classé historique, la Tour, achetée en 1991 par la municipalité, fut restaurée et inaugurée en 1994.

JPEG - 27.1 ko

La tour à Plomb fut construite dans les années 1850 par Charles-Alphonse Jomaron, dont la descendance exerce encore aujourd’hui l’activité de maçonnerie.
Dressée au coeur du village, la Tour de Plomb, servait à la fabrication du plomb de chasse au XIXème siècle. Du haut de ses 33 mètres, le plomb en ébullition était précipité et dans sa chute, il prenait sa forme ronde et se solidifiait dans un bassin de 5 mètres de large rempli d’eau froide. C’est l’un des monuments à la fois rare et emblématique du village qui fut épargnée, alors qu’elle n’était plus nécessaire à la fin du XIXème siècle.

JPEG - 36.1 ko

D’anciens écrits rapportent que la première église était de style roman pur, grave et majestueux. Elle était dépourvue d’ornements. En 1721, l’église était placée sous le vocable de Saint Jean Baptiste. Elle fut détruite en partie sous la révolution. En 1842, l’église est agrandie. Les travaux ont été effectué par Charles-Alphonse Jomaron. En 1893, le clocher et la flèche sont complètement terminés. L’horloge du clocher ne fut installée qu’en 1928 par Monseigneur Maurice Delorme de Lyon.

JPEG - 33.6 ko

Le Chanoine Marie-Félix Moutier, curé de la paroisse de La Roche de Glun de 1935 à 1952 a fait le vœu d’édifier une statue près de l’église car la commune a été épargnée par les bombardements en août 1944.
D’après les documents de Michel Pérollier, prêtre chargé du patrimoine au Diocèse de Valence, cette statue provient d’une Chapelle Notre Dame de la Salette, privée et désaffectée de la commune de Châteauneuf sur Isère. Cette statue est une œuvre mystique due au frère Abel de la Trappe Notre Dame d’Aiguebelle, bénie en 1860. A la demande du chanoine Moutier, elle est donnée à la paroisse de La Roche de Glun, qui l’installe en 1949 sur le lieu actuel à l’extrémité du jardin de la cure sur trois rouleaux de pierre superposés. Elle a été restaurée par l’association « Défense du Patrimoine » en 1995.

JPEG - 35.7 ko

C’est dans un bloc de pierre de Tavel de 11 tonnes que Jean-Paul Ravit, artiste résidant à Livron sur Drôme a fait apparaître les symboles de La Roche de Glun : l’eau, le bateau, les rames, les roseaux, le filet…

Cette sculpture "Le Rocher de Jean-Paul RAVIT" a été installée le 19 août 2005 sur le parvis de la mairie.

JPEG - 29 ko

Construit par Barthèlémy Bruyère en 1741 dans le quartier Saint jean, un four à chaux subsiste encore. C’est un monument privé.

©2015 Commune de La Roche de Glun - Conception / Réalisation Syndicat Mixte des Inforoutes - PackWeb